Les parasites intestinaux chez le cheval

Qu’est-ce qu’un parasite ?


Un parasite est un être vivant qui prélève sa nourriture sur un autre être vivant appelé “Hôte”.
À l’état naturel, le cheval est généralement un porteur de parasites, mais un équilibre s’établit entre son système immunitaire et les vers. Tant que cet équilibre n’est pas perturbé, l’animal reste sain et ne souffre pas. 

Quels sont les principaux parasites du cheval


Les parasites majoritaires sont au nombre de 6.

Les oxyures (oxygurus equi)

 
Les oxyures vivent dans le gros intestin, la ponte se fait au niveau de l’anus par les femelles, ils migrent et provoquent ainsi des démangeaisons et l’inflammation. Les oeufs forment des amas au bout de quelques jours seulement. Puis ils se transforment en larves infestantes et tombent au sol.
Le symptôme le plus visible étant le frottement assidu du cheval contre la barrière.

L’ascaris (parascaris equorum)


C’est un vers rond, long qui peut mesurer une trentaine de centimètres (de type spaghetti).
Le début d’infestation commence par l’ingestion d’oeufs (herbe et foin parasités).  Leur éclosion se fait dans l’intestin grêle après avoir passé l’estomac (sac acide). A l’état de larve l’ascaris va migrer dans l’organisme ce qui peut provoquer des dégâts importants si leur nombre est très élevé. Les parasites deviennent matures entre 10 et 12 semaines.

Lors des vermifugations (chimiques ou naturelles) il est important de noter que les larves en migration sont peu accessibles aux molécules actives. A leur mort les ascaris émettent des toxines. Il est donc recommandé de faire attention lors de la vermifugation chimique, la e présence importante de ce vers pourrait mettre la vie du cheval en danger.

Le ténia ou cestode (anoplocéphales) 

Le ténia est un parasite qui s’accroche dans l’intestin grêle profitant de la nourriture digérée de son hôte, comblant par la même le manque de cet organe. Il est hermaphrodite et composé de segments qui une fois libérés dans le gros intestin, expulsent les oeufs, qui à leur tour partent avec le crottin dans la prairie.
La larve expulsée sera ingérée par un acarien qui le sera lui aussi par un cheval mangeant tranquillement son herbe sans savoir qu’il sera l’heureux propriétaire dans une dizaine de semaines d’un ténia adulte qui aura le temps de faire des segments contaminants.

  • Le plus répandu: anoplecephala perfoliata qui mesure de 4 à 8 cm de long pour 1 petit cm de large.
  • Et le plus grand : anoplocephala magna beaucoup moins fréquent qui mesure jusqu’à 80 cm de long pour 2 cm de large 
  • Le plus rare : paranoplocephala malillana mesure quant à lui 1 à 5 cm de long pour 0.5 cm de large

Les strongles


Les petits strongles (cyathostomum catinatum, Cylicocyclus nassatus, Cylicostephanus longibursatus, Cyathostomum coronatum, Cyathostomum goldi)
Ils sont de couleur claire, rouge, marron foncé, de 0.5 à 2.5 cm, ils vivent parents et enfants dans l’intestin
grêle ou le gros intestin, mettant à mal la muqueuse de ceux-ci, car tout comme leurs cousins les grands
strongles, ils sont hématophages.
La différence notable du petit strongle est qu’il a la particularité de s’enkyster dans la paroi de l’intestin restant à l’abri de toutes molécules chimiques et naturelles ; de plus, ils peuvent aussi se mettre en hypobiose (arrêt de leur évolution) et cela durant plus de 2 ans, cette action les rend complétement insensibles à toutes attaques chimiques ou naturelles.
Les petits strongles peuvent aussi et ils le font, développer une résistance de plus en plus importante vis-à-vis des molécules utilisées pour leur destruction.


Les grands strongles (strongylus vulgaris, S edentus, Sequinus)


Les vers de 2 à 5 cm de couleur brun foncé mordent les muqueuses pour vivre du sang de leur hôte. Ils sont hématophages. Les femelles pondent dans le gros intestin environ 4 000 à 5 000 oeufs par jour qui seront évacués avec les crottins.
Les chevaux s’infestent par voie orale en mangeant l’herbe dans les près. Les larves de ces strongles ont la particularité, après être passées les parois de l’intestin, de naviguer par l'intermédiaire des artères et des veines, vers tous les organes en périphérie : le foie, les reins, le pancréas.
Une fois leur voyage initiatique terminé, elles retourneront dans l’intestin pour finir leur croissance et pondre à leur tour.

La douve


La douve est un parasite du foie. Cette infestation est très fréquente chez les petits ruminants (ovins et
caprins) et plus rare chez le cheval. Son diagnostic chez les équidés est difficile et son impact sur leur santé
est encore mal connu.

Quelles conséquences peut entraîner la présence de parasites intestinaux chez le cheval ? 

Toute infestation chronique de parasites intestinaux peut entraîner  :

  • une perte d’appétit,
  • une faiblesse,
  • une poil terne,
  • des diarrhées
  • un amaigrissement.

Aucun produit ne correspond à la sélection

Scroll
Croquettes, soins naturels, phytothérapie, compléments alimentaires de haute qualité pour chiens, chats et équidés. Livraison gratuite à domicile par un conseiller spécialisé en nutrition animale